AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dynastie San Matheus, les secrets de babylone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Treyom San Naire

avatar

Messages : 3946
Date d'inscription : 25/10/2010
Age : 27

MessageSujet: Dynastie San Matheus, les secrets de babylone   Mar 15 Fév 2011 - 11:35

[HRP]En rouge et cyan texte de Jolan et en vert texte de Treva
Nous vous souhaitons une bonne lecture ^^ [/HRP]

Je rangeais ce matin le bureau de mon père, récemment décédé. J’y ai trouvé une série de lettres écrites par le Sieur Treva de San Aëgira. Ces courriers m’ont laissé plein d’interrogations. Je me suis alors rendu auprès de Sieur Treva, qui me reçu très amicalement. Lorsqu’il eu les lettres en main, il versa quelques larmes, et se rendit a son bureau, en me demandant de le suivre. Il me remit un paquet de lettres, qui sont celles de mon père.

A Atlantis, le 1er Aout,

Cher Treva,

J'espère que vous vous êtes bien installé avec la petite dans votre nouvelle demeure.
Son père nous a confié sa fille unique, la prunelle de ses yeux comme il l'a si bien dit
lors de notre rencontre le mois dernier. Je n'ai actuellement pas les moyens financiers,
ni le temps, pour m'occuper de Lola, mais, dès que j'en aurais l'occasion, j'espère
pouvoir faire quelques choses. Depuis la mort de sa mère, si peu de jours après sa
naissance, son père s'était peu à peu renfermé dans le travail. Il a disparu en mission
il y a maintenant douze jours, le conseil militaire l'a déclaré mort ce matin, vu que Lola
ne connais pas son père, on devrait peut être évité de lui en parler, non ?

Isis m'a envoyé ce matin pour nettoyer son bureau, il y avait cette photo, tu sais celle de
l'anniversaire du quatuor, l'été qui précéda ton entrée au gouvernement, elle était si jolie
à l'époque. Son testament sera ouvert d'ici quelques jours, j'espère que tu pourras être là.

Reçois toute mon amitié,
Embrasse Lola de ma part,
Ton Ami,
Gui.




Bonjour Gui,

Je me doutais que tes problèmes financiers seraient un frein à cette tâche, j'avais pourtant
cru bon de te prévenir qu'une toile peinte nourrit moins bien qu'une carte de crédit... Enfin
bref, Lola est bien arrivée, et je compte lui inculquer les valeurs et tout ce qui est bon à
apprendre pour survire à son aise dans ce monde...

Elle se familiarise peu à peu avec son nouvel environnement, même si elle semble un peu
effrayée par l'espace et les services mis à sa disposition. Elle s'y habituera vite, et je vois
en elle la force de sa mère. Elle ira loin, sois en sûr, j'y veillerais personnellement.

Je garde nos souvenirs, oui, et cette photo est toujours sur le bureau de la Salle de Travail.
C'était un bel été, bien qu'un peu trop long à mon goût. Son père me manqueras, comme
toi je présume, mais il faut avancer dans la vie, et ce n'est pas en regardant vers le passé
qu'on y arrive. Aussi je ne m'attarderais pas sur mon chagrin...

J'essaierais de me libérer pour l'ouverture du Testament, mais les Affaires me prennent un
temps fou... Tu seras prévenu de ma présence en temps voulu.

Ma rancœur reste intacte; et le temps n'efface pas toutes les blessures comme je voudrais
qu'il le fasse.

Mais je te laisse, car Lola m'appelle. Médites là dessus.

Ton Ami,
Treva




Atlantis, 11 août

Mon ami,

Ces toiles, je te le rappelle, sont celles de mon père, comment laisser des ignares les posséder ?
Le testament sera ouvert demain, j'espère que tu pourras venir, cela ce passera a Babylone,
dans le palais princier. Isis insiste pour que Lola soit au courant et qu'elle soit présente demain,
si tu ne peux lui annoncé, je le ferais. Cet été a pour moi été trop court, mais c'est vrai que tu
attendais ton entrée en fonction, de bien belles années on suivit pour toi, alors que nous, il nous a
fallut fuir Ankor pour retrouver la paix.

Ne garde pas de rancœur mon ami, il ne l'a pas voulu, elle aussi le savait, alors ne crois tu pas
qu'on devrait enterrer ce vieux souvenir, en attendant Lola pourra grandir sereinement, il sera
toujours temps de tous lui dire, elle n'as que six ans !

Reçoit toute mon amitié,
Embrasse Lola pour moi,
Ton ami,
Gui



Gui,

Celles de ton père ou pas, ces toiles valent une fortune, et j'estime qu'il est plus «humain »
de les vendre pour s'offrir un mode de vie plus... souple. Enfin tu connais mon point de vue là
dessus, et tu resteras toujours aussi obtus et dénué de sens...

Je respecte le jugement d'Isis, aussi je me plierais à Sa volonté, Lola prépare en ce moment
ses valises pour le voyage qui la mènera à Babylone. Quand à moi, mes affaires ne sont pas
tout à fait classées. J'aviserais donc et te tiendrais au courant.

Est-ce de belles années que celles d'un diplomate ? Je ne sais pas... Le temps de nos aventures
est bien lointain maintenant, et même si l'heure n'est plus aux regrets je sens toujours en moi
le manque de l'adrénaline. Ankor était un choix, presque une nécessité. Il était en mon devoir
de mener cette nouvelle existence, pour le bien de tous. Mais je peux comprendre que ce
sacrifice ne te touche pas forcement...

J'oublierais, oublierais encore, mais le manque est intense... Quand à Lola, je l'ai déjà préparée
à recevoir la nouvelle, il faut qu'elle soit forte, et cela forge le caractère...

A bientôt, peut être,
Treva



Atlantis, 19 août

Mon cher Treva,

Ce fut un plaisir de recevoir Lola c'est quelques jours. Cette petite est très maline pour son âge,
elle tient autant de son père que de sa mère. Les premiers mots du testament indiquant que Lola
ne devait pas être tenu au courant de son contenu, elle a quitté la salle avant même que le nom
de son père soit prononcé. Je l'ai laissée avec mon épouse, et mon fils, Jolan, dans une pièce
voisine.

En plus d'Isis et des membres du gouvernement, l'ouverture du testament c'est fait en présence
de presque tous les princes, ducs et comtes que peux compter l'empire. Ce sont de véritables
rapaces qui sont venus, simplement, pour connaître le nom de l'héritier.

Voici une copie des deux paragraphes qui concernent Lola :

"Toutes mes terres et mes possessions reviendront à ma fille le jour de ses seize ans. Ce jour là
lui sera révélé tous les mystères de ses Origines, de la cité d'Ankor à celle de Babylone, rien ne
lui sera épargné. J'espère qu'alors vous trouverez les mots pour la convaincre que c'était pour son
bien. En attendant cette heure, mes terres et mes biens seront gérés par Osiris, duc d'Olympie."

Tu peux imaginer comme tous les rapaces ont vociférés contre cette demande, qu'Isis a, par la suite,
ratifié, on peut être sur que ses biens reviendrons à Lola.

"Ma fille a dut être, à ma demande, confiée à mes amis et frères d'arme, Treva de San Aëgira et Gui
San Naïre, ceux ci doivent l'éloigner de la vie mouvementée d'Atlantis et des grandes cités de l'empire.
C'est à eux que je confie la lourde tâche de l'élever, et de la chérir comme ils ont pu chérir sa mère."

Voilà donc les derniers mots qu'il a écris nous concernant, toi, moi et Lola surtout.

Pour en revenir rapidement aux toiles de mon père, sache qu'au sein du Palais San Naïre, au cœur de
la capitale, viens d'ouvrir le Musée Albrog San Naïre, les atlantes auront encore la chance de voir la
beauté du monde avant le cataclysme.

Atlantis pleure la mort de plusieurs membres du gouvernement dans un accident tragique, le Comte
Fehin est compté parmi les victimes.

J'ai offert à Lola la photo que j'avais faite lors du mariage de ses parents, elle a reconnu sa mère,
qui ressemble à la photo que tu as "derrière les autres dans le petit bureau" comme elle me l'a
expliqué.

J'aime beaucoup cette petite, je dois me rentre à Avalon le mois prochain pour la succession de
Fehin, je ne sais si tu connais le comté d'Avalon, mais il y a un lac au milieu des montagnes qui
est sublime, je suis sur que cela lui plaira.

A bientôt mon ami,
Gui



Mon père n'ayant pas conservé plus de lettre, il ne reste plus que celles que Treva possédaient, celles écrites par mon père donc.


Atlantis, 7 septembre,

Mon Ami,

Mon épouse se fait un plaisir d'accueillir Lola pour le voyage à Avalon, et Jolan, lorsqu'il entend
son nom, en sourit déjà, du haut de ses quelques mois, nous regrettons que tu ne puisses venir
avec elle.
Ce fut un plaisir de te voir il y a quinze jours pour ma nomination à la chancellerie, me voici près
des sommets de l'empire, j'en suis aussi heureux qu'inquiet, tu connais mon goût pour le pouvoir,
je ne m'y sens pas à ma place.


Es tu au courant pour Osiris ? Il a eu un fils, le 25 août dernier.

Tu as du apprendre la nomination d’Artémis le Généreux au ministère de la défense ? J’ai
commencé à travailler avec lui hier, il est plein de bon sens, il a vraiment changé depuis la guerre.


Je t’écrirais dès notre arrivée à Avalon.
A bientôt,
Gui




Avalon, le 21 septembre,

Treva,


Notre voyage a prit du retard, mais nous voici bien arrivé a Avalon. Comme je te l’avais
dit la ville est magnifique, elle est dans une cuvette entourée de montagnes, construite au bord
d’un lac d’une clarté… c’est magnifique. Je comprends chaque fois un peu plus que mon père
soit resté si longtemps à y peindre. D’ailleurs la fresque est magnifique, il faut que tu la vois.


Après avoir fait visité le château a Lola hier, elle commence déjà a y déambulé avec Jolan
dans sa poussette, c’est très amusant.
En les croisant dans un couloir Isis a parlé un peu avec Lola, a la fin de leur discussion elle lui a
remis un petit médaillon. C'est un magnifique bijou sculpté dans une pierre sans grande valeur
qui représente un petit personnage, le visage se retire, et lui est en or. Lola a voulu le donner a
Jolan, mais vu la taille de la pièce, je la garde pour le moment, je pense que cela vaut mieux.


Isis ayant prévu la nomination du nouveau comte pour demain, l’ensemble des rapaces
arriveront dans la soirée ou demain dans la matinée. Je ne comprends toujours pas
pourquoi elle ne m’a pas demandé de rester à la capitale, n’est ce pas moi qui aurais du rester
gérer les affaires en son absence ? Enfin, elle a toujours cette lubie d’emmener tout le monde avec
elle, le gouvernement dirige depuis là où se trouve l’impératrice. Au moins peut-elle répondre à
toutes les demandes.


Lola t’embrasse.
Nous aussi,
A bientôt,
Gui




Avalon, 23 septembre,

Mon cher Treva,

Il semblerait que se soit mon année, il n’y aura plus jamais de problème financier
dans ma famille, Fehin me nomme comme son héritier, et Isis a validée l’annonce, me voici
Comte d’Avalon.


Isis m’a remis un carnet qui appartenait à Fehin, il avait noté dessus les codes pour
accédez à "la salle au trésor", comme le nomme les rapaces. Tu ne vas pas me croire, il y
avait entreposé une véritable bibliothèque, lui qui disais ne pas aimé les livres. Pendant que
j’écris ses mots Lola y fait d’ailleurs son terrain de jeu, cette petite est déjà envoutée par les
livres.


Je ne quitterais donc Avalon que quelques jours, le temps de faire mes valises et de
quitté Atlantis. Le séjour de Lola est prévu jusqu’à la mi-octobre, mais je peux la garder
plus longtemps.


J’ai appris que ton frère était rentré à Atlantis, j’espère qu’il se porte bien.

Ton ami,
Gui




Atlantis, le 1er octobre,

Mon Ami,

Il y a eu un attentat sur Atlantis, Isis a été touchée et transférée à l’hôpital,
mais tu dois l’avoir appris par les journaux. J’organise, avec Aaron, son époux, et les
ministres, la gestion des affaires courantes. J’ai donc du laisser mon fils et mon épouse
à Avalon. Le comte Siocan s’est proposé pour ramener Lola chez toi, je le connais peu,
mais il a bonne réputation, et puis Arkas, notre vieil ami, s’est proposé de les
accompagner.


Bien à toi,
A bientôt,

Gui





J’ai appris par Treva que Siocan n’étais jamais venu jusqu'à lui, il avait disparu emmenant avec lui Lola, et abandonnant Arkas sur une planète isolée, roué de coup, et a l'agonie. Jamais lui et mon père, ainsi que tous les amis d'Haldir de San Matheus, prince de Babylone, n'ont perdu espoir d'un jour retrouvé Lola de San Matheus, héritière de Babylone. A la suite de son père, Oggy de San Osiria dirigea la principauté de Babylone en attendant le retour de Lola, avant de passé la main, lorsqu'il fut choisit pour devenir le nouvel empereur, a la mort d'Isis de San Greäl.
Siocan fut arrêté trois ans après la disparition de Lola, interrogé il ne révéla jamais rien, il fut condamné a la prison a perpétuité pour l'enlèvement de l'héritière de la principauté de Babylone, ainsi que pour sa participation aux "attentats de septembre" contre le gouvernement impériale.
J'ai retrouvé ce matin, dans la boite a bijou de ma mère, une magnifique petite tête en or sculptée, je la porte désormais dans ma chevalière, pour ne jamais oublié cette petite fille qui un jour m'a fait parcourir la cité d'Avalon en long, en large et en travers




[HRP]Voici donc la première version de l'histoire de Lola, les noms des personnages seront sans doutes quelques peu modifiés pour correspondre a nos généalogies respectives :-)[/HRP]

_________________
Citation :
"D'aucuns diraient qu'Atlantis ne fut qu'une cité parmi tant d'autres, un point lumineux parmi la myriade d'étoiles qui composent le grand vide de l'espace.
Mais aucuns des vrais Atlantes ne pourront nier le souvenir d'Atlantis, la cité des milles soleils, celle que le temps épargne, celle où les légendes naissent et demeurent"


Treva relit une fois de plus la citation sous la statue rongée par le temps de son ami Jolan San Naïre.

-Treva San Aëgira, 20 Août 2013, Fin d'un Chapitre, bibliothèque impériale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Treyom San Naire

avatar

Messages : 3946
Date d'inscription : 25/10/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Dynastie San Matheus, les secrets de babylone   Mar 15 Fév 2011 - 12:11

[HRP]Voici la suite que j'avais ensuite rédigé à l'époque, car on ne pouvais laisser Lola là où elle se trouvais.[/HRP]

Atlantis est en ébullition, Jolan San Naïre rentre de mission, après un an et demi d'absence, et a annoncer à l'empereur Oggy de San Osiria qu'il avait trouver la trace de "la Babylone disparu". Pour une raison que nul ne suspect, cette nouvelle à fait trembler l'empereur, qui à dès lors fait venir les plus grand pontes de l'empire, Treva de San Aëgira est arrivé ce matin, et c'est les larmes aux yeux qu'il est ressorti de la salle du trône
"Elle est vivante, par Isis, elle est vivante."
Le grand chambellan de la cité princière de Babylone, le sieur Elbus San TroA, à été convoquer pour "Raison d'état".

Le vaisseau de San Naïre vient de se poser sur l'Astroport impérial, et la garde impériale encadre tous les passagers et l'équipage, directement conduit au Palais.

Arrivé au Palais Impériale, San Naïre est conduit vers la salle du trône, il fait signe a quelqu'un de le suivre, trois passagers lui emboitent le pas. Le capitaine de la garde tente de s'interposer à cette venue, mais quelques mots de San Naïre semblent être suffisant.

A peine entré, l'Empereur Oggy se lève

"Soldats, sortez et empêchez quiconque d'entrer. Capitaine, restez avec nous pour le moment."

Puis il se tourna vers San Naïre et les trois autres personnes, il tremblait.

"Jolan, enfin te revoilà, raconte moi tout, qui sont ils ? Où as tu trouvé sa trace ? Je veux tous savoir s'il te plait."

"Peut on faire venir Sieur Treva ? Je pense qu'il aimerais être là."

"Capitaine, vous avez entendu ? Allez chercher Treva San Aëgira"

San Naïre se tourna vers les trois autres et échangea quelques mots, puis tout trois allèrent s'assoir dans un angle de la salle, après avoir reçu l'accord de l'empereur.

Au bout de quelques minutes Treva entra dans la salle, suivi par le capitaine de la garde. Les hommes se saluèrent, puis San Naïre commença son exposé.

"Lors de ma mission je suis entré, comme il était prévu, en contact avec les pillards Astarien, pour la grande majorité d'entre eux l'empire Atlante n'avais guère de sens, mais j'ai rencontré un vieil homme, a peu près de la génération de mon père, qui tressaillit lorsque je me fut présenté. Après quelques jours là bas il est venu me voir, il me parla d'une histoire qui avait une vingtaine d'année, il était alors serveur dans un bar malfamé de la ville. Plutôt que de vous la raconté, je vais le laissé vous parlez."
San Naïre se tourna vers ses compagnons, Treva et Oggy suivirent son regard, l'un des trois se leva, et retira la capuche qui cachait son visage. C'était un homme de 65-70 ans, le nez rafistolé, quelques balafres légères sur le visage, les cheveux blanc coupés ras, et une barbe fraichement taillée.

"Bonjour votre majesté, bonjour messire,
Je me nomme Altaraga, sir Jolan a tenu à ce que je l'accompagne vous voir pour vous parlez de ce que j'ai vu et entendu sur un complot qui se tramais à l'époque."

L'homme avait un fort accent étranger, et tentais de parler dans un langage plus soutenu qu'à son habitude, avec toute la politesse dont il savait faire preuve.

"J'étais donc serveur dans un bar un peu malfamé de Parasiu, et un soir, m'en souvient parce que l'un des mecs m'as cassé le nez quand on a voulu fermé le bar, un homme s'installe a un table, un second se présente et échange quelques mots, puis s'assoit, le manège se répète avec un autre, et un autre, jusqu'à ce qu'il se trouve être sept attabler. Ils me font alors signe pour commander, je m'approche et j'entends l'un d'eux qui dit que "Un atlante a surpris la conversation du groupe sur Atlantis", et que "Sir Siocan était vraiment mécontent", un second lui à alors demandé si "l'attaque étais maintenue". Puis ils se sont tue quand je suis arrivé, et on repris les messes basses quand j'étais loin d'eux. c'est pour ça que quand Sir Jolan s'est présenté comme un Atlante, j'ai sursauté, et je me suis rappelé de ça, j'ai longtemps hésiter, puis je lui en est parler."

"Merci Altaraga, je vais reprendre si cela ne vous dérange pas."

"Non point de problème messire"
Il s'inclina légèrement, et retourna s'asseoir.

"Altaraga m'a ensuite parler de la seconde fois où il revis plusieurs de ses hommes, dont celui qui lui avait cassé le nez, dans un vaisseau qui, d'après la description qu'il m'en a fait, n'est autre qu'un croiseur Atlante de l'époque de l'impératrice Isis."

"Il est bien question de Siocan n'est ce pas ? Alors tu as un trace pour retrouver Lola mon garçon ?"
l'interrompit Treva

"Je ... pas exactement, laisser moi terminer s'il vous plait."

"Vas y Jolan, vas y" intervint Oggy

"Il y avait donc plusieurs hommes, et leur chef, a qui ils donnaient tout le temps du "Messire" et du "Chef", seul l'un d'entre eux, celui qui cassa le nez d'Altaraga justement, le nommais Siocan. Ils emmenaient avec eux une petite fille en pleurs, cela aussi a marqué Altaraga, car il a toujours aimé les enfants."

"..." le murmure inaudible de Treva fit tressaillir Jolan

"Oui Treva, se doit être elle, Siocan n'as pas tué Lola, mais cela a lieu juste après l'attentat, trois ans avant l'arrestation, il m'a fallut remonter les trois années écoulées, ce que j'ai fait grâce à un second personnage, chez qui Siocan c'est rendu, un marchand d'esclave, devenu depuis un commerçant respectable de marchandises volées."

Jolan se tourna vers les trois personnes assises, et là encore l'une d'elle se leva, s'approcha, et révéla son visage, c'était une femme d'une trentaine d'années.

"Bonjour, je suis Anaïla, fille de Joryuz, le marchand en question. Mon père acheta l'enfant dans l'objectif initiale de la revendre quand elle serais plus âgé à un réseau ou un autre de prostitution, mais, pour une raison qu'il ne m'expliquera sans doutes jamais, il a finalement quitté le trafic d'être humain pour un commerce plus honnête de marchandise en tous genre, et la petite fille, qui était avec nous depuis un an, et qu'on avait dès son arrivé renommé Euz, se retrouva sur ses bras de manière impromptu, il hésita quelques temps sur la revendre ou simplement la chasser. Finalement il choisit de l'adopter, elle devint donc ma sœur, et rapidement mon amie. Au fil du temps elle m'appris ses souvenirs, ses robes de princesse, les palais, les livres, les tableaux, la reine, elle me montra la photo de ses parents, et le médaillon, un personnage sculpté avec un trou a la place du visage."

Treva et Oggy se regardèrent, et se tournèrent vers Jolan.

Oggy intervint pour couper le silence
"Continué mademoiselle, s'il vous plait"

"Euz et moi avons vécu ensemble toute notre adolescence, puis j'ai aidé mon père à la boutique, et elle à commencer a traîné dans les rues, elle a même prit le commandement d'une petite troupe de trainards. Et, il y a six ans, elle avait 18 ou 19 ans, elle est partie avec eux dans l'espace, et a commencer a piller les vaisseaux commerciaux, et a fournir pour pas chère notre boutique."

"Elle est donc bien vivante, et vous savez où elle est"

Anaïla regarda Jolan, et celui ci prit une profonde inspiration.

"Je vais poursuivre Anaïla, merci. Messire Treva, Votre Majesté Oggy, avant de pouvoir poursuivre, je doit vous raconté ce qui s'est passé avec les pillards Astarien. J'ai rencontré plusieurs hommes, les uns après les autres, obtenant petit à petit des accords, et des autorisations pour grimpé dans la hiérarchie. Comme la plus part ne comprennent aucun dialecte que je maîtrise, ils m'ont assigné une traductrice, une jeune femme un peu plus âgé que moi, très polie, très intelligente, et d'une extraordinaire vivacité d'esprit. Après trois semaines a attendre entre deux rendez vous, c'est elle qui, en entendant le nom de Joryuz m'expliqua comment le rencontré, ce que je ne pus faire qu'un mois plus tard, car les pillards m'accordèrent une nouvelle série d'entrevues. Lorsqu'enfin je pu rencontré Joryuz, et que j'appris l'histoire, je souhaitais rester avec eux pour attendre le retour de leur fille adoptive, mais à nouveau les pillards m'offrir une série d'entre vue, depuis six mois que j'avançais avec eux je ne pouvais attendre. Je remontais donc doucement la filière, et j'appris au cours de l'un de mes entrevues, que la personne dirigeant l'ensemble des pillards était une femme, une certaine Euz.
Je compris dès lors que pour retrouver Lola, je devrais réussir à me rendre au bout de mes négociations.
Six autres longs mois s'écoulèrent, lentement je dois l'avouer. Et j'eus une entrevu avec le lieutenant en second de l'armada des Pillards Astarien, à l'issue de la quelle fut fixé un rendez vous avec Euz Astarien.
Plus le temps approchais, plus le stress monté, je devais à la fois négocié officiellement pour que les pillards n'attaques plus les vaisseaux impériaux, mais aussi lui parler de ses origines, de tous ce que je savais sur elle.
Lorsque vint la rencontre, ma traductrice me guida jusqu'à une grande salle, nous étions seuls, et elle me supplia de partir vite, Euz avait une réputation de tueuse, si ma proposition ne lui convenais pas je pourrais bien être exécuté sur le champ. Je lui expliquais rapidement que je devais rencontré Euz, non seulement pour la paix, mais aussi parce que je l'avais connu il y a longtemps. Vous auriez alors vu son regard, j'ai sursauter, l'évidence me creva les yeux, elle ressemblais à sa mère, et avait le regard de Sir Haldir, messires, permettez moi de vous présentez ma traductrice, et chef des pillards Astarien, Euz Astarien, de son vrai nom Lola De San Matheus."

La troisième personne se leva, retira la cape quelle portait sur les épaules, et une jeune femme d'à peine 25 ans se dévoila.
Treva trembla de tout son long, et des larmes perlèrent a ses yeux. Oggy restais sans voix, ne sachant que dire.

"Messires, je suis ici en tant que Diplomate, pour obtenir pour l'ensemble des Astarien la grâce de l'empire"


Quelques jours plus tard, Euz Astarien, reprit le nom donné par par ses parents et fut intronisé Princesse de Babylone. Les Astarien devinrent des soldats Babyloniens, Joryuz et Anaïla rejoignirent Lola sur Babylone. Treva et Oggy apprirent à Lola tous ce qu'ils savaient sur son père et sa mère.

Un matin de novembre, Jolan se rendit sur Babylone, et offrit à Lola un petit visage en Or, celle ci, là reconnaissant, l'inséra dans son médaillon. Jolan lui fournit également les lettres qu'il avait quelques années plutôt emprunter a Treva, ainsi que celle que son père avait pu conservé.

Une année s'écoula, durant les quelles Lola parcouru a nouveau la bibliothèque d'Avalon accompagnant Jolan, ces visites de l'un chez l'autre se firent plus régulèrent avec les mois passant. Après une année écoulée ils se présentèrent ensemble chez Treva de San Aëgira, puis demandèrent à l'empereur Oggy de San Osiria de les marier. Ce qui donna lieu a plusieurs jours de festivités, sur Babylone, Avalon, Atlantis, ainsi que sur une petite planète éloignée où jadis les Pillards Astarien se retrouvais le soir pour fêter leur victoire.

[HRP]C'était plus long que je le pensais, j'espère que j'aurais pas fait trop de faute en recopiant, ni trop de petites modif qui se ressentent xD[/HRP]

_________________
Citation :
"D'aucuns diraient qu'Atlantis ne fut qu'une cité parmi tant d'autres, un point lumineux parmi la myriade d'étoiles qui composent le grand vide de l'espace.
Mais aucuns des vrais Atlantes ne pourront nier le souvenir d'Atlantis, la cité des milles soleils, celle que le temps épargne, celle où les légendes naissent et demeurent"


Treva relit une fois de plus la citation sous la statue rongée par le temps de son ami Jolan San Naïre.

-Treva San Aëgira, 20 Août 2013, Fin d'un Chapitre, bibliothèque impériale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dynastie San Matheus, les secrets de babylone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dynastie d'Albon
» Babylone-City
» BABYLONE
» [Film] STAR WARS: Secrets of the Rebellion.
» Les niveaux secrets

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Civilisation Atlante ::  :: Palais impérial Atlante :: Bibliothèque San Greäl-
Sauter vers: